Documentation parodique

Le parcours radio de Titi Wolf avant les Bidochons.


Thierry Wolf, alors âgé de 17 ans, fait ses premières armes sur les ondes de la station pirate Ici et Maintenant pour laquelle il va créer une émission insolente Radio Konnerie. Ces programmes sont en fait les ébauches de cassettes qu’il créait au lycée. Thierry Wolf, qui est alors le plus jeune animateur de France, se fait remarquer par son ton résolument libertaire, notamment par un auteur de science humaine à l’humour corrosif Alain Vertadier, (auteur d’ouvrages, diplômé de l’enseignement supérieur en Sciences Humaines, créateur du Cabinet Sciences Humaines & Formation). Il lui permet de rejoindre en 1981 la toute jeune radio privée et encore pirate : Radio Paris, alors dirigée par Denis Clair.

Mais après une semaine de bons et loyaux services, il se fait remercier par le directeur de la station Radio Paris.
Toutefois, il réapparait à l’antenne avec un nouveau surnom Titi Wolf pour une émission destinée aux adolescents Récré-action qu’il anime avec son ami Karim Belmadini. C’est alors qu’il commence à écrire de nouveaux concepts radiophoniques, comme Le dortoir en folie entouré d’une bande de jeune artiste en herbe qui, comme lui, n’ont même pas vingt ans ! Les techniciens de la station font alors passer des enregistrements de leur animateur, Titi Wolf, à Jean-Claude Bourdier, directeur des programmes de la toute nouvelle station 92 Radio. Titi Wolf sera alors engagé en décembre 1982 pour animer une émission d’après-midi.
Titi Wolf va alors créer Ondes de Choc, une émission sur l’actualité musicale rock dans laquelle il accueillera les nouveaux artistes du moment. Il sera le premier à recevoir celui qui deviendra Manu Chao, futur le leader de la Mano Negra, mais qui en 1982 n’est encore que le guitariste d’un groupe rock dénommé Joint de Culasse.

Après quelques semaines, Titi Wolf prend aussi le micro chaque soir de la semaine, de 22h à 1h du matin pour une émission intitulée : Banzaï. Il a sans doute choisi ce nom pour l’émission en référence à sa formation de karatéka, puisqu’il est l’un des élèves ceinture noire de Guy Sauvin, ancien-champion du monde de Karaté et alors Directeur Technique National de la FFKAMA.
Pour l’émission Banzaï, Thierry Wolf, toujours surnommé Titi Wolf, invente de nombreuses formules telles le célèbre jeu d’improvisation : Le jeu de la mort, ou encore Les Auditeurs sont des Stars, les Gros nuls, le Grand jeu de con, le Crotte 50 et fait de nombreux canulars téléphoniques. Il s’adresse chaque soir à des dizaines de milliers d’auditeurs devenus fans.

Très vite, plus de 500.000 auditeurs écouteront chaque soir l’émission de 22h à 1h du matin. (L’émission de radio Banzaï va être diffusée à 954 reprises jusqu’en 1986).
Titi Wolf et ses acolytes se produiront même sur scène lors de trois mémorables Show Banzaï, au Palais des Congrès, au Théâtre de Neuilly et au Théâtre de Rueil-Malmaison, qui lui permettront de mettre en scène son équipe.

En septembre 1986, Titi Wolf ne retrouve pas le micro de la station 92 Radio et se consacre aux nouveaux média, notamment avec la mise en place de messageries téléphoniques culturelles, comme « Le Déclic » (dédiée aux sciences humaines) et le Doigt dans le C…'''. Un répondeur iconoclaste qu’il fonde avec son associé Alain Vertadier. Ensemble, ils inventent des personnages hauts en couleurs comme l’étonnante Sœur Marie Eugène. Ce nouveau médium va vite devenir le moyen de toucher près de 100 000 personnes qui téléphonent chaque jour pour entendre les news délirantes concoctés par Titi Wolf et Alain Vertadier. Ils feront même sauter le standard du 9ème arrondissement !

En 1986, Thierry Wolf est pressenti pour travailler sur une importante radio périphérique mais va finalement se consacrer à la musique.
Il ne refera plus de radio sauf en de rares occasions, lorsqu’il est l’invité de Nagui sur RTL ou de Serge Levaillant sur France Inter.

Titi Wolf fut le plus jeune animateur/producteur de radio en France, puis directeur des programmes de plusieurs radio FM pionnières.
Après ces succès il devint créatif pour l’une des plus grosse société de télémarketing, puis dénicheur de société impliquée dans l’établissement de serveurs pour le minitel et de service kiosques pour le téléphone.

Dans le même temps il va publier plusieurs ouvrages, d’art, d’humour ou de sujets contemporains, dont Génération Télé aux Éditions Les Belles Lettres en 1994.

En 1983, il a fondé le label indépendant Réseau Alternatif qui publiera les premiers enregistrements de groupes comme Parabellum, Ludwig Von 88, Elmer Food Beat, etc.

Par la suite, il prendra la tête du groupe de punk-rock Les Vampires, puis du groupe parodique Les Bidochons mais ceci est une autre histoire que vous connaissez déjà si vous êtes un habitué du Parodyland.




Autres documents à consulter